3 technos pour un vélo moins idiot

vélo intelligent

Le vélo a le vent dans les roues : de plus en plus de villes françaises lui ouvrent la voie et leurs ventes sont reparties à la hausse l’an dernier, avec 3 millions de petites reines vendues, soit une croissance de +7 %.

Certes, les Français vont devoir mettre le grand braquet s’ils veulent pédaler autant que les Néerlandais (1 000 kilomètres parcourus par an pour les premiers en moyenne contre une petite centaine pour les seconds), mais il y a du progrès. De quoi inciter en tout cas les startupers à innover à tout-va pour les deux-roues, en voici la preuve par trois !

 

Yerka, le vélo qu’on ne vous volera pas

Plus de 15 millions ! C’est le nombre de vélos volés chaque année dans le monde (dont 400 000 environ rien qu’en France), et c’est surtout la raison d’être de Yerka, « the unstealable bike » (ou bicyclette indérobable). La cause est connue : une chaîne coupée ou un cadenas crocheté en une minute chrono, et on peut dire adieu à son vélo. Cristóbal Cabello, Juan José Monsalve et Andrés Roi Eggers, trois étudiants en ingénierie chiliens à qui la mésaventure est bien sûr arrivée, ont décidé d’y remédier sans chaîne ni cadenas.

Le vélo lui-même est un verrou ! Super smart, leur antivol est en fait intégré au cadre : le tube inférieur se scinde en deux parties qui, une fois associées à la tige de la selle, se transforment en verrou permettant d’attacher le vélo à un arbre ou à tout type de mobilier urbain. Pour le voler, il faudrait alors scier le vélo lui-même, qui devient inutilisable et invendable. Même les roues du Yerka sont protégées, car elles sont fixées avec des écrous nécessitant une clé spéciale. Soutenue financièrement par une bourse du gouvernement chilien, l’équipe du Yerka a également lancé avec succès une campagne de crowdfunding sur Indiegogo et les 300 premiers modèles sont sur le point d’être livrés.

Pour en savoir plus : Yerka

 

Auto-Complain, l’appli qui annihile les nids de poule

Quel est l’ennemi numéro un du cycliste urbain ? Le nid de poule ! Cause d’inconfort pour l’arrière-train, il peut aussi représenter un vrai danger de déraper et d’embrasser la chaussée. Ce qui a donné à Florian Born, programmeur berlinois et cycliste convaincu, une belle idée : il a conçu une appli pour son smartphone qui, grâce à l’accéléromètre intégré, détecte les vibrations causées par les trous dans la chaussée. Associée au GPS, l’appli localise l’endroit exact où se trouvent les nids de poule rencontrés, puis compile une liste en fin de parcours qui est automatiquement envoyée aux services de la voirie !

Cerise sur le vélo, Florian Born a complété son dispositif par un aérosol relié à son smartphone : dès qu’un nid de poule est détecté, un jet de peinture hydrosoluble est déclenché pour peinturlurer le trouble-fête. Les autres cyclistes sont ainsi alertés des déformations de la chaussée et les agents de la voirie les repèrent plus facilement pour les réparer.

Baptisée Auto-Complain, l’appli est associée à un site qui localise les nids de poule sur une mappemonde. Pour l’instant, on n’y voit que ceux sur lesquels Florian Born a roulé, à Berlin, à Linz en Autriche, et au Japon. Auto-Complain n’est en effet pas encore disponible pour le grand public, mais Born y travaille : sa route est toute tracée.

Pour en savoir plus : Auto-Complain

 

Avec SmartHalo, le vélo sait où il va

Votre vieux vélo étant délicieusement rétro mais un peu idiot, vous rêvez d’une bécane hyper connectée au QI élevé… Sauf que si le VanHawks vous fait baver, vous devrez débourser plus de 1 000 euros pour l’enfourcher ! La solution se nomme SmartHalo, un gizmo qui transforme illico presto votre biclo ballot en smart vélo. Palet tout rond de la taille d’un macaron, il se fixe au guidon et remplit alors plusieurs fonctions : guidage par GPS, suivi des déplacements, éclairage la nuit, alarme antivol…

A elle seule, la navigation représente une belle innovation : avant de s’élancer, le cycliste renseigne sa destination dans l’application dédiée sur son smartphone, relié à SmartHalo par Bluetooth ; il est ensuite guidé sur son parcours à l’aide de LED colorées : un demi-cercle vert orienté vers la droite ou vers la gauche lui indique le chemin avant toute bifurcation, un demi-cercle rouge vers l’arrière signifie demi-tour. Simple, sûr et lumineux. L’appli propose également une vaste panoplie de statistiques sur la distance parcourue, les calories consommées, la vitesse moyenne, etc.

Côté sécurité, SmartHalo déclenche une alarme si quelqu’un secoue le vélo pour tenter de le voler. Et si c’est juste lui qu’on souhaite dérober ? Les concepteurs québécois y ont pensé : ils ont conçu un système d’attache sur le guidon qui requiert un outil introuvable dans le commerce pour être déverrouillé.

CycleLabs, la startup derrière SmartHalo, vient d’achever une campagne de crowdfunding sur Kickstarter avec près de 500 000 dollars récoltés, contre 67 000 initialement demandés ! Les premières livraisons sont attendues pour mai 2016.

Pour en savoir plus : SmartHalo

2 Commentaire

  1. Mais, dans leurs tenues moulantes sorties tout droit du Tour de France et leurs casques de sprinters, la plupart des cyclistes urbains tcheques se differencient de leurs homologues des autres villes europeennes, ou l’on prend son velo en costume de ville, souvent sans casque, pour ne pas avoir l’air trop… idiot.

  2. Bonjour,
    A mon avis, AutoComplain et SmartHalo sont vraiment très intéressants, je roule en Vélib depuis quelques années. …HomelessPlus et très intéressant également…

    Cordialement

    M.S.

Laissez votre commentaire

Partagez