Prendre la mesure de la pollution de l’air en mode participatif

La mesure de la qualité de l’air a décidément le vent en poupe. Après les initiatives de Plume Labs et de Ganymède, pilotées par de smart startupers, voici un projet original de science participative, soutenu par l’Union européenne et baptisé iSpex-EU (mais pourquoi les scientifiques n’ont-ils aucun flair marketing ?).

Conçu pour analyser la pollution atmosphérique dans 11 grandes villes d’Europe – Athènes, Bari, Barcelone, Belgrade, Berlin, Copenhague, Londres, Manchester, Milan, Rome et Toulouse – iSpex-EU a été lancé le 1er septembre dernier et s’achèvera le 15 octobre. L’idée consiste à équiper plusieurs milliers de citoyens dans les villes participantes de capteurs optiques – fournis gratuitement une fois inscrit sur la plateforme – qu’ils fixent sur leur smartphone. Associé à l’appli ad hoc, l’accessoire jauge la concentration des polluants présents dans l’air en mesurant la dispersion de la lumière provoquée par les particules de poussière en suspension. Qu’elle soit issue de gaz d’échappement, de rejets industriels ou de l’incinération des déchets, chaque particule possède en effet une « empreinte » spectrale unique. Les citoyens volontaires doivent simplement prendre des photos du ciel sous plusieurs angles, et les données sont alors transmises pour analyse. Seul hic : il faut un ciel sans nuage, ce qui ne veut pas dire sans polluant…

« Premier pas dans la construction d’un réseau mondial de scientifiques citoyens capables de fournir des observations sur la qualité de l’air », le projet iSpex-EU a déjà récolté à date des milliers de mesure. Son directeur, le Dr Frans Snik de l’observatoire de Leyde aux Pays-Bas, espère recruter encore plus de bénévoles (si vous habitez Toulouse, n’hésitez plus) et que le temps restera clément jusqu’à mi-octobre. « Nous avons besoin de toutes les mesures possibles sur la pollution atmosphérique, explique-t-il. Car les particules sont la principale source d’incertitudes concernant le changement climatique. » Un appel qui doit être entendu à quelques semaines de la COP21…

Pour en savoir plus : iSpex-EU

Laissez votre commentaire

Partagez