MyFood, la serre connectée de demain

Loin d’avoir atteint leurs limites, les objets connectés commencent seulement à dévoiler leur plein potentiel. MyFood, serre connectée nouvelle génération, pourrait bien nous amener à repenser nos quotidiens comme nos manières de produire de la nourriture dans les prochaines années. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce bijou numérique devrait permettre de produire suffisamment de fruits, de légumes et de poisson pour la consommation annuelle d’une famille de 3 ou 4 personnes en utilisant une portion congrue de terrain. Non, MyFood ne sort pas d’un film de science-fiction. Ce n’est pas non plus une lubie de Bobo-bio connecté. Les serres MyFood  est une invention à la hauteur des enjeux alimentaires de demain.

MyFood, l’open source pour une production agricole intensive et autonome

myfoodSystem_myfood_ouihop_blog1
(Crédits : MyFood)

A l’heure où de nombreux spécialistes ne manquent pas de pointer du doigt les enjeux d’une production agricole durable, d’autres en sont déjà à inventer des solutions pour y remédier. Les serres MyFood se classent indéniablement parmi ces géniales trouvailles : conscients de la raréfaction des terres cultivables, des limites de l’agriculture intensive telle que nous la connaissons, trois Français ont donc mis au point ces serres qui pourraient assurer une production presque suffisante de fruits et légumes ainsi que de poissons pour la consommation annuelle d’une famille de quatre personnes.

Les serres MyFood sont un petit concentré de technologies. Leur fonctionnement repose sur l’utilisation de l’aquaponie et de la permaculture, méthodes de production agricole modernes où rien n’est laissé au hasard. Certes, ces borborygmes ne sont pas évocateurs. Ce qu’ils révèlent, en revanche, a de quoi éveiller la curiosité : l’aquaponie consiste a créer un circuit fermé entre plantes et poissons de sorte que les rejets de l’un nourrissent l’autre (et ça marche !), tandis que la permaculture est l’optimisation scientifique d’un écosystème qui permet une symbiose entre les différentes espèces (plantes, insectes, etc.) pour une culture optimale.

Il fallait y penser. Concrètement, les serres MyFood permettent de gérer numériquement des cultures diversifiées en requérant un minimum de place : de quoi assurer une production à la fois suffisante, durable et peu couteuse à n’importe qui.

MyFood, des serres qui ne laissent rien au hasard

alsaceGHAugust_2_myfood_ouihop_blog1
Une serre MyFood installée dans un jardin en Alsace (Crédits : MyFood)

A ce jour, les créateurs de MyFood ont développé trois serres de tailles différentes : 3,5 , 14 et 22m². Ces serres sont divisées en deux zones : l’une d’entre elles est vouée à l’aquaponie (un bassin pour les poissons et des colonnes de culture, directement reliées au bassin), tandis que l’autre permet la permaculture (de la terre pour pouvoir planter carottes, poireaux, aubergines).

L’ensemble de la serre est suivi en permanence en open source ce qui permet de contrôler l’évolution des cultures en temps réel, de réguler les différents paramètres (température, humidité, …) et d’informer le cultivateur des interventions nécessaires via son smartphone ou sa tablette. La serre peut aussi comprendre des panneaux solaires en option pour être parfaitement autonome en énergie (à titre d’information, sa consommation normale d’électricité équivaut à celle d’une ampoule de 60watts, soit un coût de 60 euros annuels).

L’enjeu d’une serre connectée utilisant l‘open source ? La prise en compte permanente des paramètres et de l’évolution dans la serre crée une multitude de données qui, une fois traitées, permettent de faire évoluer en permanence la gestion de l’environnement. En bref, se nourrir des erreurs et des dysfonctionnements pour l’améliorer perpétuellement.

permaAquaAugust_myfood_ouihop_blog2
A chacun son (grand) potager avec MyFood (Crédits : MyFood)

Avec ce procédé, les créateurs de MyFood estiment qu’il est possible d’atteindre une production de près d’une demie tonne de fruits et légumes par an en y consacrant seulement une vingtaine de minutes par jour. Attention, cette production de référence est une estimation des rendements possibles avec le plus grand modèle (à savoir, celui de 22m²). L’équipe MyFood, qui a déjà installé une trentaine de serres en 2016 (principalement en France, en Belgique, au Luxembourg, en Espagne et en Tunisie), est aussi en contact permanent avec une communauté espagnole, un village de serres, qui leur permet d’étayer le fonctionnement de leur petite perle de l’agriculture connectée.

MyFood, une production locale et connectée au cœur de la révolution mondiale

Avec MyFood, produire suffisamment de nourriture pour subvenir à ses besoins n’a plus rien d’un rêve irréaliste. Outre le phantasme de l’agriculture urbaine, les serres connectées pourraient permettre de relocaliser une partie substantielle de la production maraîchère au niveau local, avec tous les avantages écologiques, ergonomiques et économiques que l’on sait. Alors que notre planète et ses 7 milliards d’habitants va faire face à un défi alimentaire majeur dans les prochaines décennies, MyFood a tout d’une solution miracle si elle se diffuse.

MyFood, la première serre connectée pour particuliers, pourrait vite devenir la référence d’une vision nouvelle de la production agricole, à la fois écologique et durable. Et si le retour à l’agriculture n’était pas là où on le croyait?

 

2 Commentaire

Laissez votre commentaire

Partagez