Google Maps nous suit à la trace : smart ou pas smart ?

fonctionalité google maps_votre chronologie_smartattitude

Baptisée « Votre chronologie », la nouvelle fonctionnalité ajoutée le 21 juillet dernier à Google Maps, qui donne aux utilisateurs la possibilité de suivre avec précision tous leurs déplacements, a beaucoup fait jaser sur Internet.

Google Maps proposait déjà partiellement cette fonction, mais la nouveauté tient dans le mot clé « précision » : le service déroule en effet par ordre chronologique tous les trajets réalisés en incluant les adresses, les heures de départ et d’arrivée, ainsi que le temps et le mode de déplacement entre chaque destination.

« Google Maps vous traque ! », « Souriez, vous êtes pisté », « Tous pistés par Google Maps »… les manchettes suite à l’annonce de Google ne laissent guère de doute : Big Brother, alias Google, is watching you !

Mais certains médias – plus progressistes ? plus naïfs ? – mettent l’accent sur quelques circonstances atténuantes :

  • « Votre chronologie » est une fonction optionnelle. Google donne le choix aux utilisateurs de l’activer ou non (elle ne l’est pas par défaut).
  • Le possesseur du compte Google associé à Google Maps est le seul qui peut accéder au service, protégé par un mot de passe.
  • L’utilisateur peut à tout moment effacer tout ou partie de l’historique de ses déplacements.

D’autres ont pris un peu de recul pour recadrer le débat :

  • Tout en reconnaissant que le service peut être utile – pour les travailleurs indépendants qui facturent des frais de déplacement, par exemple, ou quand on cherche à se souvenir de la localisation d’un bon restaurant ou de l’endroit où on a garé sa voiture –, la plupart des articles soulignent le même danger : Google monétise les données de ses utilisateurs et il en sait déjà beaucoup trop sur eux.
  • Google ne s’en cache pas. Cela n’excuse rien, mais ne soyons pas dupes : les banques, organismes de crédit et autres opérateurs téléphoniques en savent autant sur nos déplacements, sinon plus…
  • Certains ironisent sur le calendrier : au même moment ou presque, le projet de loi sur le renseignement a été validé par le Conseil constitutionnel. Ne serait-on pas en train de lever le mauvais lièvre ?

Enfin, le débat fait aussi rage sur les réseaux sociaux. Voici un échange particulièrement frappant :

  • RetroModern : « Même si les données recueillies par Google sont censées être anonymes, un hackeur compétent pourrait sans doute les associer à une adresse IP, donc à une personne. Le résultat serait un dossier très détaillé sur vos déplacements, vos intérêts, vos relations… Dans de mauvaises mains, ces informations pourraient être utilisées contre vous. »
  • Gwhiz : « Que faire si un pirate affiche toutes vos photos Apple iCloud sur les réseaux sociaux ? Que faire si un pirate dévoile les détails de vos cartes de crédit utilisées chez Target ? Que faire si un pirate s’introduit dans votre messagerie et récupère tous vos mails ? Que faire si un pirate pénètre sur vos serveurs d’entreprise (vous travaillez chez Sony ?) et y vole des téraoctets de données confidentielles ? Que faire si un pirate dévoile toutes les infos de votre compte Ashley Madison (site de rencontres extraconjugales) ? C’est toute la différence entre votre scénario et le mien : tous les cas que je viens d’évoquer sont réellement arrivés, pas celui dont vous parlez. Et si tout cela vous inquiète, n’allez pas sur internet ; élevez plutôt des chèvres à la montagne. »
  • RetroModern : « En effet, beaucoup d’entreprises collectent des données personnelles, mais dans une bien moindre mesure que Google. Aucune autre entreprise ne recueille autant de données détaillées sur autant de gens à partir d’autant de sources. Et malheureusement, la plupart des gens sont heureux d’utiliser les services de Google gratuitement, mais sont parfaitement inconscients du risque qu’ils prennent à placer tous leurs œufs dans le même panier. »
  • Gwhiz : « Une omelette ? »

Alors, vous en pensez quoi de cette nouvelle fonction de Google Maps : smart ou pas smart ?

Laissez votre commentaire

Partagez