Tristram Stuart, gourou de l’anti-gaspi

Tristram_stuart_gaspillage_alimentaire_smartattitude

 

« Global gâchis », c’est lui. Sous-titré « Révélations sur le scandale mondial du gaspillage alimentaire », ce livre choc publié en 2009 a transformé Tristram Stuart en apôtre global de l’anti-gaspi. Car il a jeté une lumière crue sur le sort de nombreux aliments : un tiers des denrées alimentaires produites pour la consommation humaine est en effet perdu ou gaspillé à l’échelle mondiale, selon un rapport récent des Nations-Unies, ce qui représente environ 1,3 milliard de tonnes par an ! Et n’allez pas croire que la France, pays du terroir et de la gastronomie, fasse mieux : les Français jettent ou gâchent entre 20 et 100 kilos de nourriture par an !

Un banquet composé de produits comestibles rejetés

De tels chiffres scandaleux, l’historien et activiste britannique Tristram Stuart peut en débiter des tonnes. En voici deux glaner au hasard sur son site Feedbackglobal :

  • « La culture de fruits et légumes qui ne seront jamais mangés produit 10 % des émissions de gaz à effet de serre dans les pays développés ! »
  • « Entre 20 et 40 % des fruits et légumes en Angleterre sont rejetés par les supermarchés parce qu’ils ne sont pas conformes à leurs standards de beauté ! »

C’est après plusieurs années passées au Kosovo et en Inde que Tristram a décidé de consacrer sa vie à lutter contre le fléau du gaspillage. Son arme est un banquet géant au cours duquel il régale des milliers de personnes en leur servant des plats mitonnés à l’aide de produits comestibles jetés par les grandes surfaces. Baptisé « Feeding the 5000 », ce happening culinaire s’est déjà produit de Londres à Berlin, en passant par Bristol, Edimbourg, Nantes, Marseille et Paris.

Le « Robin des Bois » des bennes à ordures

 « Je pensais qu’un grand repas pour des milliers de personnes était le meilleur moyen de montrer l’énormité du problème, explique Tristram. La nourriture mérite d’être célébrée, il y a trop de valeurs là-dedans pour la jeter. » Et ce « Robin des Bois » des poubelles d’ajouter que « ce n’est pas la nourriture que l’on trouve dans les bennes à ordures des grandes surfaces qui est dégueulasse, c’est le fait même qu’elle soit jetée. Cela me révulse ! »

Les journalistes qui le rencontrent pensent tomber sur un extrémiste de l’anti-gaspi, sorte de Khmer vert ou d’ayatollah du rutabaga. Pas du tout : Tristram n’est même pas végétarien et en plus c’est un fumeur ! Mais ses idées n’ont rien de fumeuses : elles ont mis le feu aux poudres dans les hypermarchés, qui se sentent désormais obligés de moins gaspiller.

Les « fruits et légumes moches » ? Une belle idée !

Intermarché a par exemple lancé en mars 2014 une campagne pour réhabiliter les « fruits et légumes moches », recalés pour cause de non-conformité mais tout à fait comestibles. Et en Belgique, de nombreuses communes obligent désormais les supermarchés à donner leurs invendus à des associations d’aide alimentaire, sous peine de voir leur permis d’exploitation non renouvelé !

De réels progrès dans la lutte anti-gaspi dont Tristram pourrait s’enorgueillir. Mais il préfère se focaliser sur ce qui reste à faire, et il n’a pas une minute à gaspiller : après Varsovie et Barcelone en novembre dernier, il doit trouver une nouvelle ville pour son prochain banquet.

 

Pour en savoir plus : Feedback et TED Talks

Partagez