Elon Musk, le must du smart mais quelle attitude !

Elon Musk Serial Entrepreneur_Paypal_entrepreneur_smart attitude

« Le plus grand entrepreneur vivant », tel est le compliment que paie Chris Anderson, fondateur des conférences TED, au milliardaire Sud-Africain Elon Musk le Serial Entrepreneur.

Icône de la Silicon Valley, déjà comparé à Steve Jobs à 44 ans seulement, le serial entrepreneur enchaîne les succès interplanétaires comme d’autres les petits boulots : fondateur d’une banque en ligne nommée X.com en 1999, puis de la société PayPal qu’il vend à eBay en 2002 pour 1,5 milliard de dollars, il crée ensuite SpaceX, qui produit les fusées Falcon pour les cargos spatiaux de la Nasa, et SolarCity, un des premiers fournisseurs de panneaux solaires aux Etats-Unis.

Son but ? Sauver l’humanité de sa prochaine annihilation !

Mais c’est surtout pour son rôle de président de Tesla Motors, constructeur de véhicules électriques, qu’il est connu du grand public. Un CV si impressionnant que même le New York Times en fait tout un fromage qui tourne au panégyrique : « Elon Musk est ce que nous avons de plus proche, en 2015, des titans industriels d’autrefois comme Henry Ford, Andrew Carnegie et John D. Rockefeller. » Rien que ça ! Sans oublier son biographe, Ashlee Vance, qui y va de son couplet : « C’est un génie focalisé sur la plus grande quête de l’humanité. Là où Mark Zuckerberg (Facebook) veut vous aider à partager davantage de photos de bébés, M. Musk veut sauver la race humaine de son annihilation. »

Malgré son goût prononcé pour les stars hollywoodiennes (il a épousé et divorcé l’actrice Talulah Riley), notre Serial Entrepreneur Elon Musk préfère les étoiles : pour l’instant, SpaceX lance des satellites mais l’objectif est d’envoyer des hommes dans l’espace et d’établir une colonie sur Mars !

Visionnaire pour les uns, tortionnaire pour les autres

Visionnaire, bourreau de boulot – son biographe parle de semaines de 100 heures (oui, 3 fois 35 heures !) –, Elon Musk serait aussi un tantinet tortionnaire. Un de ses collaborateurs, préférant assister à la naissance de son fils plutôt que de venir à une réunion de travail, aurait reçu ce scud par email : « Ce n’est pas une excuse. Je suis extrêmement déçu. »  

On l’aura compris, Elon Musk est un adepte des phrases chocs. En pilote émérite, il ne prend aucun détour et ne tourne jamais autour du pot, comme le prouvent ces quelques citations qui achèvent de brosser son portrait :

  • Sur la prise de risque : « L’échec est toujours une option. Si vous n’échouez pas, vous n’êtes pas assez innovant. »
  • Sur la voiture électrique : « Je sais bien que les voitures électriques ne sont pas entièrement propres. Mais elles sont bien moins polluantes que les voitures traditionnelles : même si l’électricité est produite par une centrale au charbon, son rendement est bien meilleur que celui d’un moteur à explosion. »
  • Sur l’ouverture en open source des brevets de Tesla Motors : « Si on considère que nous sommes sur un bateau qui coule, que nous devons tous écoper et que j’ai inventé le meilleur seau pour le faire, c’est dans mon intérêt de laisser tout le monde copier le design de mon seau pour que nous écopions tous de la manière la plus efficace possible. »
  • Sur l’intelligence artificielle : « Développer avec succès l’intelligence artificielle pourrait être le plus grand événement dans l’histoire de l’humanité. Malheureusement, ce pourrait également être le dernier. »
  • Sur la conquête spatiale : « Si je suis encore là dans vingt ans, je pense que je pourrais aller sur Mars. » Et aussi : « J’aimerais bien mourir sur Mars. Mais pas à l’atterrissage ! »
  • Sur ce qui le motive : « Après avoir vendu PayPal, je ne me suis pas demandé quelle était la meilleure façon de faire de l’argent mais plutôt quels étaient les enjeux susceptibles d’influer le plus sur l’avenir de l’humanité. » Mais il a aussi dit : « Pour vous faire un aveu embarrassant, j’aime les jeux vidéo. C’est ce qui m’a poussé vers l’informatique et les logiciels quand j’étais gamin : je voulais gagner assez d’argent pour m’acheter un ordinateur plus puissant afin de faire tourner mes jeux vidéo. Rien à voir avec l’idée de sauver le monde ! »

Elon Musk est peut-être presque humain, en fin de compte…

 

Pour en savoir plus : Le Monde, New York Times

1 Commentaire

  1. L enthousiasme pour Elon Musk me rappelle celui que je voyais il y a 25-30 ans chez tous les gens que je connaissais qui avaient eu affaire a Bernard Tapie. Un enthousiasme qui fait negliger de verifier l arithmetique des comptes et qui reflete pour moi plus le triomphe de la connivence que celui de l optimisme.

Laissez votre commentaire

Partagez