OFO, free-floating venu d’Orient

Alors que le marché du Vélib parisien vient d’échapper à JC Decaux, d’autres acteurs sont bien décidés à créer la rupture dans les usages du vélo en libre-service. Et Paris fait figure de rampe de lancement. Comme c’est le cas pour OFO, opérateur chinois de vélos en free-floating qui a fait un passage remarqué à Paris fin septembre.

OFO, l’ère nouvelle du free floating

OFO, le vélo jaune à l’assaut du monde (Crédits : OFO)

Si OFO se démarque aujourd’hui des systèmes de VLS classiques, c’est qu’il a réussi à se défaire des principales contraintes de la location de vélo grâce au free-floating (*flottement en français). Alors que les systèmes de VLS fonctionnent avec des bornes de location, le principe d’OFO est de laisser les vélos libres tout le temps. Les vélos peuvent ainsi être pris ou laissés n’importe où : les autres utilisateurs pourront les récupérer grâce à une application smartphone dédiée.

La location du vélo est également des plus simples via ce système de flottement. Les utilisateurs peuvent géolocaliser les vélos libres avec leur smartphone, les réserver et les louer (enfin, un à la fois bien sûr). L’application OFO permet de déverrouiller la roue arrière du vélo qui se bloque dès qu’il n’est plus utilisé. Le paiement est également géré via l’application.

En bref, il n’a jamais été aussi simple d’utiliser un vélo en libre-service. Il suffit simplement de télécharger l’application et de se créer un compte. Au moment où toutes les villes françaises ou presque sont équipées en VLS, OFO pourrait bien marquer un tournant dans les mobilités douces puisque ses premiers vélos devraient arriver à Paris dans le courat de l’automne.

OFO, le nouveau vélo mondial?

OFO, le nouveau lifestyle à venir (Crédits : OFO)

OFO s’attaque désormais à la France mais n’en est certainement pas à son premier succès. La firme chinoise, lancée au début de l’année 2015, a déjà pris d’assaut le marché chinois et rejoint désormais les réseaux urbains de par le monde. A la base, le système créé par l’entrepreneur chinois Dai Wei était destiné aux étudiants chinois comme le montre cette vidéo de présentation :

 

En deux ans, ce sont plus de 10 millions de vélos qui ont été mis en service à travers le monde, dans 180 villes réparties sur 15 pays. OFO a bien su décliner ses vélos en différents modèles, ce qui permet à l’opérateur de s’adapter facilement à n’importe quel environnement.

Pour l’heure, OFO se prépare à lancer ses premiers vélos à Paris au mois de novembre. Certes, on pourrait penser que le moment est mal choisi :  l’opérateur n’est pas le seul à se lancer sur ce créneau et les nouveaux Vélibs vont être mis en service dès le début 2018. Les places seront chères.

Si dans les rangs d’OFO, on avance l’argument de la complémentarité entre les différents réseaux de vélos, il est certain que son avance technologique lui donne de solides arguments. Le vélo en libre-service en free-floating pourrait bien vite devenir une référence mondiale.

Laissez votre commentaire

Partagez