GeoOrbital Wheel, remake hightech de l’invention de la roue

Crédits : GeoOrbital Wheel

GeoOrbital Wheel est une roue de vélo hightech qu’il suffit d’installer pour transformer votre vieux VTT en vélo électrique dernier cri.  Cette brillante invention est une petite révolution pour les mobilités douces : simple d’installation, dotée d’une confortable autonomie et d’une vitesse de moyenne de près de 32 km/h…

 

La GeoOrbital Wheel rend d’autant plus envisageable la mobilité électrique qu’elle se propose seulement de booster/pimper (« améliorer »). De quoi ravir les sentimentaux trop attachés à leur vieille bécane pour se laisser tenter par l’électrique : la GeoOrbital Wheel prouve que les deux ne sont pas inconciliables.

Une révolution dans la révolution du vélo électrique

GeoOrbital_in_Action_1
(Crédits : GeoOrbital)

Si les mobilités vertes ont le vent en poupe dans nos sociétés, et encore plus dans les villes, les déplacements à vélo se heurtent souvent à la question des distances. La plupart des spécialistes du vélo tombent d’accord sur une chose : au-delà de quinze kilomètres, le vélo classique perd tout son intérêt pour le commun des mortels. Ces conditions en tête, il est plus facile de comprendre les promesses portées par les vélos électriques. Un moyen de transport rapide, propre et confortable qui gomme tout simplement les principaux obstacles rencontrés à vélo (distance, dénivelé, etc.).

La GeoOrbital Wheel est une roue spécialement conçue pour s’adapter à n’importe quel vélo et en faire un deux-roues à assistance électrique de compétition. Le concept est simple et smart : changer une roue et le tour est joué. Comment ?

 

GeoOrbital_on_Bike_4
(Crédits : GeoOrbital)

La GeoOrbital Wheel fonctionne comme une sorte de roue dans la roue faite pour épouser le parcours du ou de la cycliste avec intelligence : l’assistance électrique permet de moins forcer dans les montées, d’atteindre une vitesse moyenne de 32km/h sur du plat mais aussi de ne pas trop s’emballer dans la descente. Un fonctionnement assez simple qui se démarque des autres vélos électriques par ses deux avantages : la confortable autonomie de 80 km pour la batterie et le fait qu’il ne faille pas acheter un nouveau vélo pour passer à l’électrique. Ce qui fait de n’importe quel cycliste, le détenteur d’un possible vélo électrique.

 

Ce qui fait de n’importe quel cycliste, le détenteur d’un possible vélo électrique.

 

Cette petite vidéo de présentation peut vous donner un aperçu des incroyables capacités de cette nouvelle roue motrice :

 

GeoOrbital Wheel, pignon de la révolution électrique

GeoOrbital_on_Bike_6
(Crédits : GeoOrbital)

En revanche, si la GeoOrbital Wheel se démarque par l’originalité de son universalité, elle partage aussi l’un des mauvais points du commun des vélos électriques : le prix. Avec un coût à l’achat de 980 euros, la GeoOrbital Wheel a de quoi doucher les intéressés au maigre porte-monnaie. Ce frein, sans mauvais jeu de mots, démontre bien que les bécanes futuristes et autres vélos à roue électrique n’ont pas encore tous les feux au vert pour pulluler dans les agglomérations.

La révolution verte arrive mais… patience. Le renouveau du vélo est dans les cartons. Comme la GeoOrbital Wheel.

 

plus d’info sur cette page

Laissez votre commentaire

Partagez