Siga-siga, le shopping solidaire sans sortir un sou

Une boutique à Paris où tout serait gratuit ? Ce ne peut être qu’une plaisanterie ! Et pourtant… Le magasin Siga-siga – qui porte un nom aussi déconcertant que son concept – est bien une sorte de caverne d’Ali Baba où tout peut être acquis sans contrepartie : des vêtements, même de grandes marques, de la vaisselle, des CD ou DVD, des livres, des jouets… Du shopping solidaire.

Située dans le XIIe arrondissement de Paris, la boutique a discrètement ouvert ses portes au début de l’été. Bouche-à-oreille et buzz sur les réseaux sociaux ont fait le reste : depuis sa réouverture à la rentrée après une pause estivale, Siga-siga fait le plein de « clients ».

Mi-brocante, mi-friperie

« Ce n’est pas du troc, explique Debora Fischkandl, fondatrice et directrice de l’association “La boutique sans argent” qui gère le lieu, lors d’une interview au Parisien. Il n’y a pas besoin d’apporter un objet pour en emporter un autre. Mais beaucoup de gens qui viennent prendre quelque chose la première fois reviennent dans les jours qui suivent pour donner car ils veulent rendre la pareille. »

Il faut croire que la générosité est contagieuse : loin d’être dévalisée, la boutique est au contraire débordée par les dons ! « La gratuité, ça reste surprenant », dit Debora, debout derrière un comptoir. Elle est là non pas pour encaisser l’argent – il n’y a pas de caisse ! – mais pour expliquer le concept aux chineurs un peu déboussolés…

Lancée en 2013, l’association « La boutique sans argent » a débuté en organisant des « zones de gratuité » en région parisienne, où tout est gratuit pendant quelques heures. Mais l’exemple des Umsonstladen (« magasins pour rien ») qui rencontrent un franc succès outre-Rhin a convaincu l’association de voir plus grand : « L’idée était de s’installer quelque part durablement pour créer un espace de don. » Longue vie donc à Siga-siga, si smart, si solidaire.

Pour en savoir plus : La boutique sans argent

Laissez votre commentaire

Partagez