Les gastronomes anti-gâchis du freeganisme

restaurant_freegan_paris_anti-gaspillage alimentaire_smart attitude

 

Mode de vie alternatif, le freeganisme – ou gratuivorisme – encourage la création de réseaux d’entraide et dénonce le gaspillage alimentaire ainsi que la pollution générée par les déchets. Ses adeptes pratiquent une autolimitation de leur consommation et se nourrissent souvent d’aliments comestibles jetés à la poubelle. Ce qui ne veut pas dire malbouffe, comme en témoignent deux initiatives smart et solidaires qui se revendiquent de ce mouvement.

Le resto qui mijote les invendus de Rungis

La première se nomme Freegan Pony, sorte de mi-resto du cœur mi-auberge espagnole installé dans le quartier du Marais à Paris. On y sert des repas préparés exclusivement à partir de fruits et légumes du marché de Rungis, encore comestibles mais qui auraient été jetés s’ils n’avaient été récupérés. « Savez-vous que 60 % des plats servis en restauration sont préparés à l’avance ? Les plats du Freegan Pony, eux, sont faits le jour même ! explique Aladdin, le fondateur du restaurant. Le but n’est pas de gagner de l’argent, mais de montrer qu’on peut faire de bons plats avec des aliments habituellement gâchés. » De la récup’ anti-gâchis que ne dédaignerait pas le gourou de l’anti-gaspi Tristram Stuart (voir notre article).

Les arbres fruitiers de la cité cartographiés

La deuxième initiative freegan qui nous a séduits se nomme FallingFruit. Fruit de la collaboration de trois amis du Colorado, Ethan Welty, Jeff Wanner et Caleb Phillips, il s’agit d’une carte mondiale participative sur Internet qui répertorie les arbres fruitiers qui se trouvent au sein de nos villes. Et dont on peut bien sûr manger les fruits – gratuitement. Grâce aux nombreux membres partout dans le monde qui l’alimente, la carte propose déjà plus de 500 000 sources de nourriture urbaine qui, si l’on ose dire, nous tend les bras. A Paris par exemple, plus de 8 000 arbres fruitiers sont recensés, dont des micocouliers près de l’Hôtel de Ville (leur fruit est comestible quoique peu recherché). Le site précise la saison à laquelle il est possible de récolter les fruits et légumes, ainsi que leur qualité et leur quantité. On y trouve aussi un inventaire des endroits où des repas gratuits sont distribués.

 

Pour aller plus loin : Falling Fruit

Laissez votre commentaire

Partagez