Open Food Facts : l’indispensable base de données nutritionnelle

Open Food Facts est un bel exemple d’engagement bénévole. Malgré les progrès des industriels sur les informations nutritionnelles de leurs produits, Open Food Facts cherche à établir une base données libre et collaborative à l’échelle mondiale : la plus grande base d’étiquettes de produits alimentaires. Plus qu’une simple accumulation, Open Food Facts cherche à mettre en avant la connaissance et l’utilisation de ces informations au quotidien : rendre le consommateur toujours plus avisé de son alimentation.

La genèse d’une prise de conscience alimentaire

L’homme derrière ce projet se nomme Stéphane Gigandet. Alors qu’il rassemblait des recettes pour un blog de cuisine, il se fit interpeler par l’un des blogeurs qu’il suivait: ce dernier lui reprochait de garder trop de recettes « sucrées ». En cherchant à s’informer sur les produits utilisés pour ces recettes, Stéphane se rendit compte que toutes les bases de données étaient fermées et qu’il ne pouvait pas y avoir accès. Il eut alors l’idée d’une base de données libre et collaborative, où une communauté de bénévoles collecterait les informations présentes sur les étiquettes des produits alimentaires à travers le monde.

    Stéphane Gigandet vous présente l'application Open Food Facts. Yes we scan! (Crédits: Open Food Facts)
Stéphane Gigandet vous présente l’application Open Food Facts. « Yes we scan! » (Crédits: Open Food Facts)

Une base de données à utiliser au quotidien

Open Food Facts est un projet déjà bien avancé. En quelques années d’existence, la base de données rassemble déjà les étiquettes de plus de 50000 produits en France et de plusieurs milliers d’autres à travers le monde. Stéphane Gigandet nous a même précisé que les industriels commençaient à intégrer Open Food Facts dans leur logique de fonctionnement: il arrive que certains le contactent pour lui signifier les modifications apportées à la composition des produits. Ainsi, tout le monde se mobilise pour tenir la base de données à jour.

Sachant que toutes les étiquettes sont libres d’accès, puisqu’elles figurent sur les produits, quel est l’intérêt de les collecter toutes ? La réponse est très simple : en compilant les données des étiquettes de milliers de produits, Open Food Facts permet de connaître la composition des produits et de les comparer avec des produits analogues d’autres distributeurs, ou d’autres pays.

Open Food Facts, la base de donnée nutritionnelle indispensable (Crédits: Open Food Facts)
Open Food Facts, la base de donnée nutritionnelle indispensable (Crédits: Open Food Facts)

Évaluer la qualité nutritionnelle des produits

Open Food Facts permet également de souligner les propriétés du produit et d’indiquer quelle est sa qualité nutritionnelle : un système de notation A/B/C/D/E permet de connaître la qualité nutritionnelle des produits et donc de les comparer (chaque lettre est associée à couleur et à une note : la meilleure étant le A et la plus mauvaise le E). Ce système de notation a été développé par le professeur Hercberg, président du Programme National Nutrition et Santé, et son équipe pour informer les personnes sur la qualité des produits dans les magasins.

Aussi, la loi de santé de 2015 propose un étiquetage simplifié sur les produits alimentaires mais qui ne peut être rendu obligatoire compte tenu des normes européennes. L’étiquetage simplifié reste donc optionnel. Et quand ils le font apparaître, producteurs et distributeurs sont réticents à la notation A/B/C/D/E et lui préfèrent des systèmes de notes alternatifs qui ne permettent pas la comparaison. Seul Open Food Facts permet d’avoir accès à cette notation pour quelques 22000 produits aujourd’hui.

Une invitation à la contribution

Une base de données libre et collaborative suppose une communauté de contributeurs actifs. Open Food Facts est aujourd’hui une association loi 1901 avec un noyau dur d’une quarantaine de membres, tous bénévoles. Néanmoins, la base de données a été complétée par plus de 3000 contributeurs à travers le monde depuis sa création, dont certains ont complété les fiches de plusieurs milliers de produits. La collecte des données a d’ailleurs gagné en simplicité avec l’application Open Food Facts, déjà disponible sur Android et sur iPhone.

scanparty-lyon-20150601
Un collaborateur en pleine « scanparty » à Lyon. (Crédits: Open Food Facts)

Avec l’application Open Food Facts, la base de données devient encore plus simple à consulter et à compléter. En effet, un bref scan avec un smartphone permet d’obtenir la fiche détaillée du produit, comprenant ses caractéristiques, sa composition et des informations nutritionnelles. Et si jamais le produit n’est pas encore référencé, l’application vous propose de compléter vous-même la fiche de ce dernier : une ou plusieurs photos de l’étiquette, quelques éléments à compléter ensuite sur le site et le tour est joué. La communauté a désormais accès à un nouveau produit. La contribution est simple et efficace.

Et dans le futur ?

Open Food Facts cherche à s’internationaliser en recrutant des contributeurs à travers le monde. Si de nombreux produits sont déjà référencés (la base de données est déjà disponible en anglais), Open Food Facts a besoin de gagner en ampleur pour devenir une référence à l’échelle mondiale. Compléter la base de données devrait également permettre de faire des comparaisons internationales plus fines : en effet, la composition peut beaucoup varier d’un pays à l’autre pour un même produit. Des perspectives de développement à l’étranger sont donc à envisager dans les prochains mois.

Le nouveau projet en cours: Open Beauty Facts (Crédits: Open Food Facts)
Le nouveau projet en cours: Open Beauty Facts (Crédits: Open Food Facts)

Enfin, le projet ne se cantonne pas qu’aux produits alimentaires. Une base de données Open Beauty Facts vient d’ouvrir il y a quelques jours, suivant le même fonctionnement qu’Open Food Facts. La collecte des données s’étend ainsi aux produits cosmétiques, du savon aux différentes crèmes, en passant par le dentifrice. Utile et attrayant, sauf que les cosmétiques renferment des composants souvent bien plus complexes que ceux des produits alimentaires. Difficile d’informer les consommateurs dans un premier temps. Stéphane Gigandet nous a d’ailleurs confié qu’un sérieux déchiffrage serait nécessaire pour utiliser le potentiel de cette nouvelle base de données. Affaire à suivre.

 

Pour en savoir plus: Open Food Facts

 

1 Commentaire

  1. Les produits alimentaires manufacturés contiennent tous des additifs divers, exhausteurs de goût, colorants, sucres divers, épaississants et j’en passe. Les connaître c’est bien. Ne pas les consommer c’est mieux. Ce sera bon pour notre santé. Ce sera ainsi arrêter d’alimenter l’industrie agro alimentaire et sa cousine l’industrie pharmaceutique…. Et suppose que nous reduisions notre alimentation aux constituants de base et que nous passions un peu plus de temps dans nos cuisines. Notre corps nous remerciera … »
    Suis très intéressée par la monnaie locale..

Laissez votre commentaire

Partagez