Le food surfing, pour partager plus qu’un repas

(Crédits : EatWith)

Inspiré du couch surfing, le food surfing  (appelé aussi food sharing) permet de se faire inviter à dîner chez l’habitant. Grâce aux multiples plateformes sur internet, ce sont désormais des milliers de food surfer à travers le monde qui vous ouvrent leur table.  Ne reste plus qu’à tomber d’accord sur le menu.

Vizeat, redonner vie au voyage

Depuis deux ou trois ans, la tendance food surfing ne cesse de faire des émules. Les sites fleurissent, les invitations à dîner se multiplient et des milliers de personnes repensent peu à peu leur manière de voyager. Aux adresses listées dans le guide du Routard ou Lonely Planet, le food surfing oppose une expérience singulière où le repas devient à la fois découverte culinaire et véritable rencontre.

Si le concept se décline sous de multiples formes, le principe reste souvent le même: les curieux en voyage consultent une page où ils voient les habitants qui proposent de les inviter à manger chez eux, avec une idée du menu et de son prix. Il ne leur reste plus qu’à se mettre d’accord sur la date et le dîner est organisé. Rien de plus simple.

vizeat_logo_vizeat_ouihop_blog
Vizeat, nommée parmi les meilleures applis de l’Appstore en 2016 (Crédits : Vizeat)

Vizeat est la plateforme qui se démarque des autres. Lancée en 2014 par deux Français passionnés de voyages et d’aventures culinaires, Vizeat compte déjà des milliers d’utilisateurs à travers le monde.  Les hôtes proposent un repas : un menu ou un thème dont ils fixent le prix. Les food surfers peuvent ensuite les solliciter, demande que les hôtes sont libres d’accepter ou non. Arrive le jour J, le paiement se faisant en ligne, les hôtes touchent l’intégralité du prix qu’ils ont fixé sans qu’il y ait un échange d’argent direct (comme sur AirBnB). Vizeat prend seulement une petite commission pour la mise en relation. A l’issue du repas, invités et hôtes pourront ensuite se noter mutuellement et partager leur expérience sur les réseaux sociaux.

Le food surfing by Vizeat, c’est donc bien l’accès à des milliers de repas à travers le monde : plus de 20000 personnes prêtes à ouvrir leur table pour partager un peu de leur vie autour d’un moment convivial entre inconnus. Une redécouverte de la table et des occasions infinies de rencontres à faire ou à refaire.

Les fondateurs sont très optimistes sur le développement de la pratique puisqu’ils assurent qu’une étude démontre que, rien qu’en France, une personne sur deux serait prête à inviter quelqu’un de la sorte. Il ne serait donc pas étonnant que l’application deviennent un indispensable du voyage.  D’autant que Vizeat séduit aussi à l’étranger, en Europe principalement.

Le food surfing, pour s’inviter à toutes les tables du monde

EatWith_dinner
Le food surfing, où comment partager un délicieux moment entre inconnus (Crédits : EatWith)

Le food surfing s’est peu à peu décliné sous de multiples formes pour conquérir des audiences diverses. Alors que Vizeat se fixe pour objectif de conquérir le plus de food surfers à travers le monde, d’autres plateformes comme EatWith ont plutôt misé sur la qualité. EatWith reprend le concept du food surfing pour en faire une aventure gastronomique d’exception : en exerçant un contrôle de qualité très strict pour ne garder que les meilleurs hôtes (seuls 3 à 4% des candidats sont retenus), EatWith développe un réseau d’hôtes professionnels ou semi-professionnels pour garantir des repas de haut vol. Une sorte de déclinaison plus informelle de la gastronomie locale pour public averti qui saura séduire les gourmands exigeants.

Quoique la pratique se répande un peu partout, il est encore un peu tôt pour parler d’une ubérisation de la gastronomie. En effet, la proportion de voyageurs qui se laissent tenter est faible et les effets pour les restaurateurs traditionnels restent donc marginaux. Plus qu’une révolution dans son ampleur, il est plus pertinent de voir le food surfing comme une invitation à revisiter le voyage, en gardant toujours à l’esprit qu’un brin d’imprévu en fait le grain.

 

Laissez votre commentaire

Partagez