Monnaie locale : la monnaie autrement

Et si un mode de vie plus juste, plus solidaire et soucieux des autres passait par un changement de monnaie ? C’est en tout cas l’idée que véhiculent les monnaies locales. Depuis quelques années, elles connaissent un essor un peu partout en France.

Initialement développées dans les zones rurales et les petites villes, ces compléments monétaires commencent à gagner les grandes agglomérations. Dernière en date, Lyon, dont la monnaie locale, la Gonette, a été lancée en novembre 2015, suivant de près l’apparition du Stück dans l’agglomération strasbourgeoise.

Une monnaie locale ? Qu’est-ce que c’est ?

Monnaie locale? Monnaie complémentaire? Ces monnaies sont des alternatives locales à la monnaie nationale qui doivent contribuer à une économie plus localisée. Elles sont à parité avec l’euro (une unité équivaut à un euro). La seule différence est que la monnaie n’est utilisable que localement : un cercle de partenaires, commerçants, prestataires de services ou autres, accepte la monnaie locale. Elle reste ainsi dans la communauté.

Et concrètement?

Une monnaie locale se positionne en complément de la monnaie nationale. Elle permet:

  • de rassembler une communauté autour d’une monnaie utilisable localement;
  • de privilégier les circuits courts en incitant les échanges au niveau local;
  • de générer une épargne solidaire grâce aux euros convertis, qui pourra servir à financer des projets sociaux, culturels ou environnementaux.

Au moins 5000 monnaies complémentaires dans le monde

BilletsEuskoBLOG
L’Eusko, la plus importante monnaie locale de France. (Crédits: Isabelle Miquelestorena)

En France, plus de 70 initiatives ont déjà été répertoriées depuis 2010 (notamment Le Stück, SoNantes, La Gonette, etc.). Si beaucoup de ces monnaies n’ont eu qu’une existence temporaire, parfois même créées pour un événement unique, une trentaine est encore en circulation dans le pays. L’Eusko du pays basque est la monnaie qui suscite le plus d’enthousiasme. Déjà utilisable auprès de plus de 500 partenaires (commerçants, entreprises, associations…), elle gagne des utilisateurs tous les jours.

Les monnaies locales existent également ailleurs en Europe sous différentes formes, comme en Suisse et en Allemagne (le Regio). Elles sont également nombreuses en Grande-Bretagne, que ce soit au Pays de Galles (Cardiff Pound) ou dans certains quartiers de Londres (la Brixton Pound depuis 2009). En-dehors de l’Europe, l’Amérique du Sud est le continent qui concentre le plus de monnaies locales: elles ont souvent servi d’outil privilégié pour reconstruire le tissu économique local (notamment en Argentine et au Brésil).

PastedGraphic-1
(Crédits: Brixton Pound)

Outre les monnaies locales, on dénombre au total plus de 5000 monnaies complémentaires à travers le monde. En rendant une partie de la monnaie captive de la région, les monnaies locales permettent d’éviter les fuites massives de monnaie vers d’autres régions, d’autres pays et sur les marchés financiers. L’argent généré localement bénéficie ainsi à la communauté.

Une vision renouvelée de la monnaie

Un esprit de communauté

Le lancement des monnaies locales françaises se base souvent sur une charte fondatrice qui liste leurs valeurs et justifie leur existence. Il s’agit de mettre en avant le bénéfice pour l’économie locale, pour les entreprises, pour les habitants, mais aussi d’insister sur le changement de regard possible sur la monnaie et l’argent. Ancrées dans des communautés locales, ces monnaies rassemblent autour d’une même vision du quotidien. Elles sont un moyen pour recréer du lien entre les membres d’une société, en leur faisant partager un usage plus responsable de la monnaie.

Le Stück, la monnaie locale strasbourgeoise.
Le Stück, la monnaie locale strasbourgeoise. (Crédits: Le Stück)

Le rôle des partenaires bancaires

Les communautés d’utilisateurs sont au cœur des projets de monnaies locales mais elles sont souvent loin d’être suffisantes. Les monnaies locales ont besoin de partenaires bancaires et financiers solides pour exister pleinement. Ces derniers sont le plus souvent des banques sociales d’investissement ou des institutions bancaires spécialisées dans l’économie sociale et solidaire comme le Crédit Coopératif ou la Nef. La Nef (la Nouvelle économie fraternelle) par exemple est l’une des institutions qui soutient le plus les projets de monnaie locale dans le monde. Créée en 1988, la Nef une coopérative financière responsable : elle concentre ses investissements sur des projets ayant une utilité sociale, écologique ou culturelle.

Les bienfaits de la monnaie locale

Les associations qui gèrent les monnaies locales ouvrent des comptes directement auprès de ces institutions. Ainsi, les montants en euros qui sont convertis en monnaie locale viennent former une épargne dite solidaire, qui sera utilisée pour financer des projets respectant les valeurs de la monnaie. Pendant ce temps, l’argent en monnaie locale sert aux transactions courantes des usagers entre eux, au même titre que les euros. Leur valeur est garantie par les avoirs en euros présents auprès de l’institution bancaire partenaire.

Par la conversion en monnaie locale, une même somme est donc utilisée deux fois : une fois pour régler des achats quotidiens en monnaie locale, et une seconde fois pour financer des projets locaux avec l’épargne solidaire en euros. Et ce dédoublement de la monnaie a de réels effets sur l’économie.

Des initiatives qui fonctionnent ?

Une transaction courante au Pays Basque. Crédits: Isabelle
Une transaction courante au Pays Basque. (Crédits: Isabelle Miquelestorena)

Une monnaie avec une utilité sociale

Beaucoup de chercheurs s’interrogent sur la viabilité économique des monnaies locales ainsi que sur leur impact effectif sur l’économie locale. Ces réflexions se justifient par la variété des expériences qui ont été conduites jusqu’à présent, et dont bon nombre n’ont eu qu’une existence éphémère. Afin d’évaluer le fonctionnement des monnaies locales, certains professeurs estiment que l’indicateur le plus pertinent pour les appréhender serait l’utilité sociale de la monnaie locale. Un indicateur difficile à définir, qui témoigne néanmoins d’une vision nouvelle des échanges économiques.

Une monnaie locale qui doit circuler pour exister

Les différentes expériences menées montrent que certains critères économiques sont indispensables au fonctionnement des monnaies locales. Le premier est la circulation de la monnaie. En effet, si elle la monnaie circule suffisamment, elle permet de générer un maximum d’échanges au niveau local. La circulation évite également que certains membres de la communauté concentrent et immobilisent des montants importants en monnaie locale. Enfin, le dernier élément est la définition d’un territoire pertinent pour la monnaie: le « local » ne doit être ni trop restreint, ni trop étendu, sans quoi la monnaie risque de s’essouffler.

La réussite est également liée à la monnaie elle-même. En version papier, elle a le mérite de familiariser les individus à son usage au quotidien. Néanmoins, les besoins de l’économie moderne rendent indispensable la mise en place d’une monnaie scripturale, numérisée. Ainsi, il est possible d’avoir un volume de transactions suffisant sans contraindre les habitudes des entreprises, notamment dans les relations avec les fournisseurs.

Le concours des pouvoirs publics

La motivation et l’investissement personnel de tous les membres sont essentiels pour les monnaies locales. Certaines ont aussi le mérite d’avoir les bons partenaires : des municipalités se sont déjà associées à des projets de monnaie locale. La ville de Toulouse a par exemple financé la monnaie locale, le Sol-Violette, pour un montant de 27000 euros en coopération avec le Crédit Municipal et le Crédit Coopératif. Ce financement comprenait l’impression des nouveaux billets et leur mise en circulation. Et cette initiative est loin d’être isolée: de nombreuses municipalités signent des partenariats avec des associations de monnaie locale.

Une piste d’expérimentation

Le soutien des collectivités semble être une piste à explorer pour le futur des monnaies locales. Les récentes évolutions juridiques permettent d’ailleurs de l’envisager: avec la loi du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire, les monnaies locales ont gagné une nouvelle dimension qui ne demande qu’à être creusée. Il serait possible d’imaginer une municipalité qui distribuerait des aides ou percevrait des taxes (d’habitation par exemple) en monnaie locale. Les pouvoirs publics s’impliqueraient ainsi dans le système de monnaie locale : ils donneraient du poids, de la stabilité et de la crédibilité à l’initiative. Des aides en monnaie locale par exemple pourraient permettre de flécher la consommation des populations les plus défavorisées vers le circuit local, dont elles sont habituellement exclues.

La Gonette : la monnaie locale lyonnaise

 

bandeau-gonetteBLOG2
(Crédits: La Gonette)

Lancée à Lyon le 7 novembre 2015, la Gonette dispose déjà de plus de 1000 utilisateurs sur la région lyonnaise. La monnaie s’appuie sur un réseau de partenaires étendu qui rassemble de nombreuses activités : coopérative agricole, opticien, associations, restaurants, etc. Pour savoir où il est possible d’utiliser les gonettes, rien de plus simple : une carte interactive sur le site de l’association permet de voir les différents partenaires. Un autocollant placé sur la devanture sert également à indiquer que le magasin accepte la monnaie locale.

 

Une carte interactive montre les différents partenaires de la Gonette sur l'agglomération.
Une carte interactive montre les différents partenaires de la Gonette sur l’agglomération. (Site de La Gonette)

Le rôle des commerçants

Plusieurs magasins de grandes enseignes nationales, comme Biocoop, ont accepté d’utiliser les gonettes. Malgré une dizaine d’inscriptions chaque semaine, la monnaie locale reste encore un moyen de paiement résiduel. Le magasin peine à trouver des fournisseurs qui acceptent les gonettes même si de nouvelles pistes de partenariat sont en train d’émerger.

En attendant, le magasin parvient à utiliser ses gonettes pour payer le déjeuner de ses employés dans les restaurants partenaires. Biocoop Bellecour continue d’ailleurs à faire la promotion de la gonette auprès de ses clients, défendant un beau projet proche de ses valeurs et de son attachement au tissu économique local.

Les billets vont de 1 à 20 gonettes.
Les billets de 1, 2, 5, 10 et 20 gonettes. (Crédits: La Gonette)

Devenir utilisateur de Gonettes

Pour devenir utilisateur de la gonette, il suffit de rejoindre l’association. Suite à l’inscription, les personnes reçoivent une carte de membre qui leur permet de changer leurs euros en monnaie locale auprès des différents comptoirs de change. La reconversion des gonettes en euros n’est néanmoins pas accessible aux particuliers. Elle reste réservée aux partenaires professionnels dont les besoins peuvent se justifier. L’association en charge de La Gonette nous indique néanmoins qu’aucune reconversion n’a été demandée jusqu’alors, signe que la monnaie a encore de belles heures devant elle.

 

Pour en savoir plus: La Gonette

 

Bibliographie:

Blanc Jérôme et Fare Marie, « Les monnaies sociales en tant que dispositifs innovants: une évaluation », Innovations 2012/2 (n°38), p.67-84.

Blanc Jérôme et Fare Marie, « Les dispositifs de monnaies locales en quête de ressources : entre expérimentation et modèles socio-économiques », in XIVe Rencontres du Réseau Inter-Universitaire de l’Economie Sociale et Solidaire : l’économie sociale et solidaire et solidaire en coopérations, XIVe Rencontres du Réseau Inter-Universitaire de l’Economie Sociale et Solidaire : l’économie sociale et solidaire et solidaire en coopérations (Lille), 2014.

Guyomart Jean-Christophe, « De l’État-souverain à la souveraineté subsidiaire des monnaies locales complémentaires », Revue Française de Socio-Économie, 2013/2 (n° 12), p. 51-68.

Pour aller au-delà:

Derruder Philippe, Les monnaies complémentaires: pourquoi? comment?, Paris, Editions Yves Michel, 2014.

Le réseau des monnaies locales et complémentaires

Association Internationale pour le Soutien aux Economies Sociétales (A.I.S.E.S.)

 

 

Laissez votre commentaire

Partagez