La Louve, le premier supermarché coopératif de France

Header1_585x330

Vous connaissez la Louve ? Fondé par deux Américains à Paris, inspiré du modèle de la Park Slope Food Co-op à New-York, ce supermarché coopératif du 18e arrondissement  propose à ses membres des produits de qualité à des prix moins chers.

 

Une coopérative de consommateurs pour des produits de qualité au meilleur prix

En échange d’un engagement bénévole des membres à travailler 3 heures par semaine pour la coopérative, le supermarché est capable de leur proposer une diminution des prix de 25 à 40% par rapport aux concurrents. Le coût de main-d’œuvre est diminué de 75 %, cela se répercutant dans le prix final des produits. Une idée simple, mais qui fonctionne depuis 40 ans aux Etats-Unis.

Dans ce supermarché pas comme les autres, les marges réalisées sur les ventes ne servent  qu’au remboursement des dettes, au paiement des quelques salaires et au réinvestissement. On est loin des schémas qui prévalent dans la grande distribution.

Aux États-Unis, le concept a tellement plu que la coopérative de Brooklyn compte aujourd’hui 16 500 membres.

 

 

 

Un supermarché coopératif & démocratique

Ce qui importe surtout, c’est de se rassembler au sein d’un réseau pour contrôler et décider de ce que l’on mange selon le principe 1 personne = 1 voix. Ainsi, ces consommateurs qui prennent le pouvoir peuvent favoriser des produits sains et locaux et promouvoir une logique d’engagement et de responsabilité autour du bon fonctionnement de leur supermarché. Il n’y a pas non plus d’orthodoxie, par exemple sur le fait que le bon soit bio ou végétarien. Pour Tom Boothe, un des fondateurs, pas question que le magasin ressemble à une pharmacie. Au contraire, il veut mettre en avant le côté bon vivant en privilégiant l’échange et le plaisir avant tout.

 

Image Louve

 

Autour du magasin, des groupes de discussions se sont formés sur la nutrition et la diététique, l’échange de recettes, ou tout autre centre d’intérêt. La Louve se veut être le point de départ d’échanges et de rencontres. Une fois le lancement terminé, elle espère devenir un vivier pour d’autres projets portés localement autour de l’alimentation notamment.

 

Un lieu qui se veut ouvert à tous

La rue des poissonniers un peu plus haut était jusqu’à présent plutôt connue pour ses étales africaines ; le risque existe que ce nouveau supermarché concept apparaisse rapidement un peu hors-sol de par les membres qui le composent. Aussi, les responsables essaient d’être attentifs à ce que le recrutement privilégie les habitants du quartier pour éviter un phénomène de gentrification. Les membres habitants le 18e représentent ainsi la moitié des coopérateurs. Par ailleurs, pour que le principe de réduction des prix puisse bénéficier à ceux qui en ont le plus besoin, l’adhésion à la coopérative -10 parts soit 100 euros pour les coopérateurs- est réduite à 1 part (10 euros) pour les bénéficiaires du RSA.

 

Image 1

 

Suite à cette première en France, un certain nombre de supermarchés à Bordeaux, Montpellier, Toulouse, Nantes, Rennes, Lille ont décidé eux aussi d’emboîter le pas à La Louve …des exemples à suivre d’un nouveau modèle de distribution et consommation alternatif ?

 

Envie de rejoindre ce supermarché par comme les autres ? Oui ! Alors hop’, pour devenir coopérateur au sein de La Louve, c’est par ici : https://public.cooplalouve.fr/participez/#adhesion

 

Laissez votre commentaire

Partagez