3 idées smart pour vous faire marcher

Il y a ceux à qui ça casse les pieds et ceux qui en font au pied levé : si la marche à pied n’est pas la tasse de thé de tous, elle possède pourtant bien des atouts.

Réduction de la pollution, amélioration de la santé publique, valorisation des commerces de proximité… pas étonnant que les smart cities soient à pied d’œuvre pour inciter leurs citoyens à mettre un pied devant l’autre. Ainsi, au pied du mur avant la COP21, la ville de Paris a fait des pieds et des mains pour piétonniser 3,3 kilomètres de berges de la rive droite de la Seine d’ici l’été 2016, après celles de la rive gauche. Mais il n’y a pas que les villes qui travaillent d’arrache-pied pour nous faire marcher : certains citoyens, qui n’ont pas les pieds nickelés, prennent leur pied à trouver des idées qui marchent. La preuve avec ces trois initiatives à mettre sur pied chez nous dès que possible.

pietonnnnnpo

La carte du métro londonien affiche les temps de trajet… à pied

Voilà une innovation aussi smart qu’inattendue de la part d’un opérateur de transport public : la société Transport for London, qui gère le « Tube », comme les autochtones appellent ici le métro, vient de publier une nouvelle carte de son réseau qui inclut les temps de parcours entre chaque station en… marche à pied ! Une initiative d’autant plus bienvenue que la carte du London Underground est conçue pour une lisibilité accrue des lignes au détriment de la réalité topographique : deux stations qui, sur la carte, semblent très éloignées l’une de l’autre peuvent en fait être très proches, et inversement. En constatant par exemple qu’il ne faut que 11 minutes pour marcher de Piccadilly Circus à la gare de Charing Cross, certains Londoniens pourraient couper l’herbe sous le pied du métro…

metro-londres1

Des panneaux pour piétons favorisant la marche à pied

Pourquoi les panneaux de direction des villes ne sont-ils destinés qu’aux automobilistes et pas aux piétons ? C’est la question que s’est posé l’Américain Matt Tomasulo. Pour favoriser la marche à pied dans sa ville, il a donc pris les choses en main et a placardé partout des panonceaux précisant le temps de marche entre différents points d’intérêt locaux. Son pied de nez anti-auto a rencontré un tel succès auprès des résidents qu’il a ensuite fondé la start-up Walk Your City, qui fabrique des panneaux spécifiques pour toute collectivité qui en fait la demande, par exemple pour inciter ses concitoyens à se rendre à pied à la mairie ou à la bibliothèque. Dotés d’un QR code, les panneaux peuvent être scannés par un smartphone pour afficher l’itinéraire à suivre à pied.

En France, soulignons que l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) avait installé il y a 5 ans une signalétique piétonne dans 9 villes de France à titre expérimental. 91 % des habitants ayant apprécié l’initiative, l’Inpes propose aujourd’hui aux collectivités locales de les aider à mettre en place un fléchage d’itinéraires des temps de trajets moyens à pied et non plus des distances.

walk-your-city

Un trottoir qui récupère l’énergie de la marche des piétons

Marcher d’un bon pied fatigue puisqu’on dépense ainsi de l’énergie. Et pourquoi ne pourrait-on pas récupérer cette énergie ? C’est l’idée de Laurent Villerouge, qui a conçu « Trotelec », un trottoir podo-électrique capable de récupérer l’énergie cinétique des piétons grâce à des dalles montées sur ressorts. Sous chaque dalle, un générateur transforme l’impact en courant électrique stocké dans une batterie, qui sert ensuite à alimenter les réverbères la nuit. « Avec 10 000 passages dans la journée, on assure 3 heures d’éclairage gratuit », explique Laurent Villerouge à Libération. Assurément smart, cette invention pourrait réduire considérablement la facture de l’éclairage urbain qui, en France, équivaut à la production d’un réacteur nucléaire.

1 Commentaire

  1. J’en profite pour souligner aux autres lecteurs que c’est la bonne facon de faire. Si vous souhaitez utiliser mes articles ou me citer, il suffit de le demander poliment. Et non, ce n’est pas parce que je viens d’autoriser Christine a utiliser cet article que vous pouvez le faire aussi. Vous devez d’abord le demander.

Laissez votre commentaire

Partagez