Distributeurs de petites histoires, à la recherche du temps perdu

Les salles d’attente des lieux publics à Grenoble ont récemment vu fleurir des distributeurs pas comme les autres : ni barres chocolatées ni sodas ne sont proposés, mais des histoires courtes, imprimées à la demande et en toute gratuité sur un ruban de papier de qualité.

En fonction du temps d’attente estimé, il est possible de choisir entre trois boutons, pour imprimer une histoire – une nouvelle, une mini-BD ou encore un poème – qui prendra une, trois ou cinq minutes à lire. Et on peut répéter à l’envie sans risque de tomber sur le même récit : ils sont puisés au hasard parmi les 1 200 histoires sélectionnées par un comité de lecture.

Choisir le support papier à l’heure du tout-numérique et espérer que les gens vont préférer un moment de culture à la consultation de leur page Facebook sur smartphone : le pari est décidément osé !

« L’idée nous est venue devant un distributeur de boissons et on s’est dit qu’on pourrait faire la même chose avec de la littérature populaire de bonne qualité pour occuper de petits temps morts », explique à l’AFP Christophe Sibieude, cofondateur et président de Short Edition, une plateforme communautaire spécialisée dans l’édition d’histoires courtes.

Short Edition, qui a reçu le soutien du conseil départemental pour installer ses bornes à histoires, fédère une communauté de 140 000 lecteurs et plus de 9 000 auteurs, tous d’ardents adeptes du format court (« tout ce qui se lit d’une traite en moins de 20 minutes »).

Son ambition ? Transformer les moments perdus de la journée – dans les transports ou les files d’attente – en parenthèses culturelles. Short Edition espère ainsi nouer des partenariats avec d’autres collectivités locales. C’est smart, et nous souhaitons longue vie au distributeur d’histoires courtes.

Pour en savoir plus : Short Edition

Laissez votre commentaire

Partagez