Retour sur les Rencontres de la mobilité intelligente à Montrouge

OuiHop’ était le mercredi 27 janvier aux Rencontres de la mobilité intelligente à Montrouge, un événement annuel qui rassemble les principaux acteurs des transports du futur. Grands groupes, PME, start-up, collectivités, les congressistes étaient venus discuter de l’avenir de la mobilité. OuiHop’ vous parle de ces municipalités qui veulent une ville plus smart: une ville où on fait aussi du covoiturage urbain.

Strasbourg : le terrain de nombreuses expérimentations

La responsable des projets innovants de mobilité de Strasbourg Métropole, Céline Oppenhauser, était venue présenter les nouvelles pistes suivies par l’agglomération. Les problèmes que connaît la métropole sont assez analogues à ceux de l’Ile-de-France: une ville-centre très bien desservie mais des difficultés pour rejoindre les deuxième et troisième couronnes. Pour répondre à ces besoins, la ville a choisi de développer un réseau multimodal qui combine transports en commun et individuels.

Strasbourg a été le terrain de nombreuses expérimentations, souvent novatrices. Certaines ont été plus fructueuses que d’autres: c’est le cas de U’Go, une application qui permet de payer les tickets de transports via son smartphone. Reprise par le groupe Keolis, l’application devrait être développée à plus grandes échelle dans les prochains mois.

La ville de Strasbourg va également inaugurer un prolongement de ses lignes de tramway au-delà du Rhin. Cette extension s’inscrit dans une dynamique plus vaste de coopération franco-allemande sur les transports. En effet, des bornes électriques compatibles avec les véhicules français et allemands sont désormais disponibles grâce au projet Crome (Cross-border Mobility for EV’s). La dernière innovation en date sera couplée à l’arrivée du tramway : des navettes électriques combinables entre elles pour rendre les transports plus flexibles (pour en savoir plus : projet Cristal développé par le groupe Lohr).

Issy-les-Moulineaux : « Saisir l’opportunité de la transition numérique »

Engagée dans pas moins de trois projets européens sur les mobilités, la ville d’Issy semble être l’une des plus en avance sur le sujet en Ile-de-France. La municipalité s’est également saisie des enjeux liés à la mobilité partagée, dont le covoiturage dynamique est l’un des principaux éléments.

Cette dynamique des transports a été initiée par des élus isséens bien conscients des problèmes quotidiens de leurs administrés: la circulation et le stationnement, les deux principaux facteurs d’insatisfaction. Comme le soulignait Eric Legale, directeur d’Issy Media et responsable des projets de transports, la municipalité souhaite « saisir l’opportunité de la transition numérique et énergétique » pour « essayer de démontrer que la smart city peut nous aider à nous déplacer ».

A ce titre, la ville d’Issy s’est lancée dans une réflexion sur les défis des transports. Les études doivent définir les principaux axes pour les trois prochaines années. Pour l’instant, la ville d’Issy se concentre sur des points concrets : développer le parking partagé (en utilisant les parkings d’entreprises, de l’administration…), faciliter le paiement du stationnement et perfectionner la visualisation en temps réel des différents bus. Bref, de vraies solutions à de vrais problèmes.

Salon des exposants
Dans le salon, les congressistes parlaient des possibilités offertes par le covoiturage urbain.

La place du covoiturage urbain : un complément aux transports en commun

Beaucoup de représentants municipaux présents à la rencontre semblaient très intéressés par les opportunités du covoiturage urbain. Partout en France, cette solution est progressivement envisagée pour venir compléter les infrastructures de transport existantes. Et les propositions de partenariat se multiplient.

Le covoiturage urbain s’inscrit dans la continuité directe des réseaux de transports en commun. Il permet d’offrir des solutions là où les transports en commun connaissent des carences, que ce soit au niveau des horaires, de la fréquence ou de la qualité du service. Un service de covoiturage urbain est un complément flexible à moindre coût qui s’appuie sur le partage entre utilisateurs. Elle permet ainsi une meilleure desserte, un maillage plus complet à moindre frais.

La démarche est d’autant plus censée qu’elle s’appuie sur un flux existant : le covoiturage urbain s’inscrit donc dans une logique d’optimisation du trafic.

Les réflexions pour savoir comment intégrer le covoiturage urbain dans un système de transport multimodal sont donc lancées. Néanmoins, les partenariats entre les services de covoiturage urbain et les municipalités restent encore au niveau expérimental. Vous pouvez compter sur OuiHop’ pour faire avancer le sujet !

Partagez